Menu
in

LA BRASSERIE DU PAYS FLAMAND : L’ART DE LA RÉUSSITE

Brasserie du Pays Flamand

Elle vient d’être couronnée meilleure blonde du monde au prestigieux concours World Beer Awards. Elle double en 2022 la surface de son site principal de production. Elle est partenaire d’une star de la gastronomie du Nord. Fondée en 2008, elle continue à faire le buzz sur une scène de la bière des Hauts-de-France en plein essor. Rencontre avec l’un de ses 2 créateurs, Mathieu Lesenne.

L’histoire de 2 Nordistes qui débarquent dans le monde de la bière à un moment opportun

Son logo : un lion coiffé d’une généreuse crinière. Tout le symbole de la Flandre s’affiche fièrement sur la façade de son site de production de Merville, encore en travaux. Bientôt un espace de 5 000 m2 (au lieu de 2 500 m2) sera opérationnel pour brasser Anosteké, l’une des marques préférées des buveurs de bière du Nord et de Navarre.

Les 2 créateurs de la Brasserie du Pays Flamand, Mathieu Lesenne et Olivier Duthoit, peuvent rugir de plaisir au regard de ce parcours sans faute. Tels beaucoup d’acteurs de la nouvelle génération de bières artisanales, ces Nordistes originaires d’Hazebrouck sont des amis d’enfance reconvertis à l’aube de la trentaine.

« J’étais banquier tandis qu’Olivier avait une double formation d’ingénieur agronome à l’ISA et de brasseur à l’Université catholique de Louvain. Nous avons eu envie de donner du sens à nos carrières au même moment. À l’époque, la bière du Nord se réduisait à 2 brasseries artisanales : Brasserie Saint Germain et Thiriez ; + les 4 grandes maisons familiales : Goudale, 3 Monts, Jenlain et Castelain. Nous sommes arrivés sur le marché au bon moment, il y a 15 ans », rappelle Mathieu Lesenne qui démarre son activité en 2006 avec Olivier en brassant à façon leur première bière, Bracine, à base d’ingrédients locaux chez leurs copains de Page 24.

Le début d’une belle histoire !

Une brasserie qui se porte bien après deux années de crise sanitaire

Aujourd’hui, c’est un modèle pour les jeunes brasseries artisanales des Hauts-de-France. Au compteur : 35 […]

Écrit par Laurence Marot

Leave a Reply