Menu
in , ,

DIRTY LEMON : DES COCKTAILS SUR UN AIR DE DÉTOX

Depuis novembre dernier, la cheffe palestinienne Ruba Khoury a élu domicile dans un coin bistronomique du 11e arrondissement, pour offrir non pas une énième table gourmande mais plutôt un charmant bar à cocktails.

Ancien bar à sushis, ce doux écrin a reçu un sacré toilettage pour séduire une clientèle avertie : murs stylés avec pierres apparentes, assises élégantes en velours saumon, comptoir habillé de marbre, sans oublier le clou du décor : une suspension de fleurs séchées calée juste au-dessus du bar. Cette experte des fourneaux a pensé minutieusement chaque détail avec une amie architecte, Viviane Chil-Hagopian. On flaire ici l’expertise, le métissage des saveurs et la quête de bons produits. Rien de surprenant quand on découvre le pedigree de la propriétaire, formée à l’école de cuisine parisienne Cordon bleu avant une série de jobs derrière les marmites d’adresses ovationnées par tous les guides : Septime, Yam’Tcha, Frenchie, Bonhomie.

Ruba Khoury

Aujourd’hui, la jeune femme exauce ses désirs grâce à Dirty Lemon : « C’est un bar raffiné fait par des femmes et pour des femmes, avec des « good vibes » et de bonnes choses à partager. » Pas de doute à ce sujet ! Aux côtés de la barmaid Hortense Van Der Horst, Ruba a imaginé des cocktails simples et subtils, boostés aux jus de fruits et surtout de légumes. Son dada !

Voodoo Doll

Pas de spiritueux de prédilection, on sublime ici l’originalité de chaque alcool, et notamment ceux exotiques avec des créations qui en jettent. « Pour « Hot Mama », une boisson à base de mezcal Union Espadin, je cherchais un profil aromatique à la fois fumé, herbacé et terreux. On y a associé du jus de betterave, un mezcal infusé au thym et un bitters orange. Côté rhum, on propose le cocktail « Voodoo Doll » à base d’un rhum blanc léger hispanique infusé au beurre noisette, de liqueur de banane maison et de jus de citron vert. Une boisson peu sucrée et à la texture soyeuse ! »

Pour marier les plaisirs et les saveurs, cette cheffe créative a imaginé un festival d’assiettes à prix doux, inspirées de son héritage culinaire palestinien : un chou-fleur rôti couronné de yaourt fumé et de sumac, un houmous d’œufs mimosa, de sucrine citronnée saupoudrée de zaatar (mélange d’épices du Moyen-Orient), ou encore des frites sauce harissa, agrémentées de condiments. Dirty Lemon, un pur moment de délice !

24, rue de la Folie-Méricourt – 75011 Paris — Tél. : 01 43 38 77 02 www.dirtylemonbar.com

Photos : Benjamin Brette

Écrit par Laurence Marot

Leave a Reply

Aller à la barre d’outils