in

LE TOUR DU MONDE EN 11 COCKTAILS AU MANDARIN GARDEN (MILAN) 

De plus en plus d’hôtels ont compris que le bar pouvait ne plus être un centre de coût mais bien de profit, voire un produit d’appel important. C’est dans ce cadre que le Mandarin Garden, du Mandarin Oriental de Milan, a recruté son directeur. Guglielmo Miriello, le cerveau derrière le menu lancé mi-octobre, nous parle.

Entre voyage et aventure

Ils sont sans cesse plus nombreux, les bars qui construisent leur menu de cocktails autour d’un concept sans se borner à une suite de cocktails dépourvue de ligne directrice. Le choix de Guglielmo et de ses équipes ? S’inspirer du livre de Jules Verne, le Tour du monde en 80 jours.
Déjà le précédent menu rendait hommage aux cocktails iconiques d’autres Mandarins Oriental à travers le monde. Le voyage est donc l’ADN du Mandarin Garden et le support de l’œuvre de Jules Verne est un prétexte pour tirer ce fil de nouveau. Dans cet ouvrage de 1872, l’auteur décrit des lieux, des ambiances, des sentiments que le menu s’attache à reproduire.

Henrietta

Chaque cocktail est une destination

Le tour du monde de Phileas Fogg débute à Londres. C’est donc le premier cocktail de ce menu, le Reform Club, où l’aventurier lance son pari. Il est intéressant de voir que le cocktail n’essaie pas de reproduire l’ambiance d’un vieux groupe anglais, mais surtout l’excitation et le suspense autour du pari en jouant notamment sur les épices. C’est donc un amaro qui va donner ces notes et cette complexité.
Le deuxième cocktail rend hommage au héros. Il porte son prénom, Phileas, et reproduit le voyage vers le canal de Suez. On trouve donc un côté salin et frais procuré par un gin et les notes d’épices des portes de l’Orient avec du poivre de Timut.

Le cocktail Kiumi, qui symbolise le passage par l’Inde, porte des notes de thé à travers un whisky tourbé fumé avec du thé au masala, accompagné d’une teinture de Galanga et de la betterave qui renforce ce côté terreux des routes de l’époque.

Rangoon nous amène vers l’Asie du Sud-Est et c’est donc un cocktail à base de rhum toasté à la noix de coco, accompagné de notes de chocolat grâce au bitter, mais aussi un soda à l’ananas, soit un long drink, rafraîchissant.

Carnatic

Carnatic nous conduit au Japon avec un gin du pays et un vermouth sakura aux cerisiers en fleurs.
Railway, le voyage entre San Francisco et New York, est comme il se doit à base de rye whisky, d’un caramel d’érable qui rappelle ces grands espaces rendus plus rudes par la présence d’un bitter.

Étonnamment, Mrs. Aouda est remplacé par le navire Henrietta, qui ramène tout le monde à Londres. Même si le cocktail reproduit le sentiment amoureux grâce à la chaleur apportée par le whisky, à la douceur due à la vanille et à la banane, et à l’énergie qu’il procure de par la présence de café.

Prêt à retrouver le grand frisson des voyages d’autrefois, le goût de l’aventure ? Rassurez-vous ça sera plus confort : on est quand même au Mandarin Oriental !

Phileas

  • Ingrédients
    • 30 ml de gin Ondina infusé au poivre de Timut
    • 15 ml de Cocchi Americano Rosa
    • 50 ml d’eau de fraise
    • 2 traits de solution saline
    • un peu de CO2 est ajouté au cocktail

Passe-Partout

  • Ingrédients
    • 50 ml de whisky Nikka From The Barrel 
    • 35 ml de thé Oolong crémeux
    • 20 ml de Shrub à l’ananas toasté aux épices
    • 20 ml de vétiver Muyu
    • 1 trait de Peychaud Bitters
    • La clarification s’effectue avec 50 ml de lait de chèvre

Via Andegari, 9 – 20121 Milano MI – Italie

Ça vous a plu ?

Écrit par Anthony Poncier

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

KIT COCKTAIL BUFFALO TRACE STRAIGHT BOURBON : POUR NOËL

GLEN SCOTIA, LA RENAISSANCE D’UN JOYAU DE CAMPBELTOWN