Menu
in ,

5 RHUMS COMPLÈTEMENT WTF À GOÛTER D’URGENCE

Le Rhum Fest se tenait le week-end dernier. Pour rien au monde on ne raterait cet événement qui offre l’occasion de déguster les meilleurs rhums du marché mais aussi les plus barrés. Petit panorama des 5 jus les plus WTF aperçus au salon.

1- MaloRhum – Woma : l’arrangé au homard

On attaque fort avec un rhum arrangé au homard produit par les bretons de MaloRhum.

Inspirés par l’univers de la cuisine, Olivier Cruz et Lucas Fisk ne reculent devant rien. La création de Wamo a nécessité 400 homards pour 800 bouteilles, autant dire que le gout de crustacé est plutôt intense. Si t’as les crocs tu peux aussi grignoter la patte de homard enfermée dans la bouteille.

MaloRhum Woma (70 cl, 35%) – prix : env. 89 €

2- Bows – HEOC : passion canard

Installée à Montauban la distillerie Bows fait honneur à ses racines avec ce rhum pour lequel des carcasses de canard ont été jetées dans l’alambic.

Benoît Garcia, son créateur, nous a habitués aux produits exubérants mais là il tape encore plus fort. Ce rhum longue fermentation s’inspire de la tradition jamaïcaine et la remixe à la sauce sud-ouest. On se détend tout de suite, le jus n’a pas le goût du volatile mais il ne manque pas de caractère !

Bows HEOC (50 cl, 57%) – prix : env. 60 € –
(dispo par ici)

3- Habitation Velier Long Pond 2005 : un concentré d’arômes

62%, 1258,4 gr d’esters par hectolitre d’alcool pur. Pour les connaisseurs, les chiffres parlent d’eux même.

Bref, c’est puissant, très puissant, dévastateur même. Avec ce Long Pond, Velier ne fait pas dans la demi-mesure et propose un produit que 99% de la population trouvera imbuvale. La concentration aromatique est telle qu’on sent les molaires se déchausser à la première gorgée. Le 1% restant tombera en pâmoison face à ces notes d’olive et de solvant. Un rhum extrême à ne pas mettre entre toutes les mains.

Habitation Velier Long Pond 2005 (70 cl, 62%) – prix : env. 165 € (dispo ici)

4- Compagnie des Indes El Salvador 11 ans

Un ovni qui plaira aux amateurs de whisky.

Sur le papier tout va bien, on est dans notre zone de confort. Généralement les rhums d’Amérique centrale sont plutôt gourmands et ne sont pas les plus exubérants. Pourtant ce Salavador 11 ans embouteillé par Compagnie des Indes prend une toute autre dimension en bouche. On est loin du registre traditionnel des rhums de la région, ici on pense plutôt à un whisky tant le jus est sec, iodé et minéral. On n’est pas les seuls à avoir été désorientés par ce rhum. Florent Beuchet, le boss de la marque en a perdu son latin et a indiqué un âge de 9 ans sur l’étiquette alors que le jus a bien passé 11 ans en fûts…

Compagnie des Indes El Salavador 11 ans (70 cl, 43%) – prix : env. 79 € (dispo ici)

Rhum Terre du Sud : canne ou mélasse ?

Encore une fois, sur le papier tout semble normal.

Terre du Sud est un rhum traditionnel (à base de mélasse donc) distillé en Nouvelle Calédonie par la Distillerie du Soleil. La surprise vient avant même la dégustation car les créateurs de ce jus ont eu l’idée saugrenue de mettre un morceau de tige de canne dans la bouteille. On pourrait comprendre le délire s’il s’agissait d’un rhum agricole à base de jus de canne mais là on reste interloqué. En bouche le fichu baton apporte une douceur plutot inattendue pour ce genre de produit. Et le pack on en parle ou pas ?

Rhum Terre du Sud (70 cl, 45%) – prix : env. 49€ (dispo ici)


Écrit par Jonas Vallat

Leave a Reply