Menu
in

BAR VOYAGE À LA SAMARITAINE, UNE ESCAPADE LIQUIDE À TOUTE HEURE

Voyage Bar Samaritaine - Banner BARMAG

Après 16 années de fermeture, ce bijou au style art-déco et art nouveau a ouvert ses portes flamboyantes sous la houlette du nouveau propriétaire, le groupe de luxe LVMH.

Un relooking très réussi signé de 2 pontes de l’architecture : l’agence japonaise Sanaa, et le studio canadien Yabu Pushelberg qui met à l’honneur l’univers de la mode et de la beauté. La bonne nouvelle ?

La Samaritaine a greffé un bar à cocktails au restaurant « Voyage » perchée sous la verrière au dernier étage. Une première dans l’univers des grands magasins parisiens !

Vue panoramique sur la fresque de paons reliftée, vitrine clinquante présentant la collection des bouteilles de Moët Hennessy, ambiance feutrée, effluves sortis des cuisines du restaurant…

Ce spot a tout pour attirer 2 catégories de consommateurs : dans la journée, une clientèle accro du shopping ; et en soirée, des férus de boissons mélangées sophistiquées.

Pour ajouter une touche de poésie aux cocktails, la maison a fait appel au magicien de la mixologie, Matthias Giroud, entouré d’un binôme de 2 responsables de bar au beau pedigree : la jeune femme d’origine chinoise Mei Ho (ex-cheffe barman de l’hôtel 123 Sébastopol et de Fauchon), et le Russe Ilia Nekipelov (anciennement Buddha Bar à Paris et The Savoy à Londres).

Photo : Matthieu Salvaing

« La carte de cocktails est divisée en deux temps. Pour la journée, nous proposons de nombreux cocktails sans alcool et low-ABV travaillés notamment avec des infusions à base de thé, qui cartonnent. Nous complétons en soirée la carte d’élixirs, davantage chargés en alcool, sur la thématique du voyage. Notre but est d’associer des saveurs françaises et internationales venues de Chine, du Japon, d’Italie ou de Grèce », précise Matthias Giroud.

Sans oublier des classiques revisités avec des techniques culinaires d’Auguste Escoffier. À tester d’urgence.   

5e étage-Pont-Neuf — 9, rue de la Monnaie – 75001 Paris

Écrit par Laurence Marot

Leave a Reply