Menu
in , , ,

LE GIN VOIT LA VIE EN ROSE

C’est une véritable déferlante dans la catégorie des gins : aujourd’hui, la quasi-totalité des marques standards proposent une déclinaison rose et aromatisée de leur classique.

Ce phénomène, né de nos voisins espagnols, s’est développé outre-manche depuis 5 ans avant d’atteindre la France en 2019, un pays où le chemin de l’eau-de-vie agrémentée de genièvre est plus tortueux. Si Bosford, le gin rose lancé par Bacardí-Martini en 2018, fait figure de précurseur sur notre marché, il n’est pas le premier du genre. En effet, en décembre 2017, Balbine lançait 2 références à la belle robe rose sans passer par la case gin blanc. Julien Maingraud, le créateur de la marque, souhaitait sortir des sentiers battus sans pour autant dénaturer le produit. L’infusion à l’hibiscus, en plus de la couleur, apporte une légère note florale toute en délicatesse.

Edinburgh Gin, Beefeater, Balbine, Bombay, Gibson’s ou Hendrick’s : les marques passent au rose.

L’ère des gins aromatisés

Aujourd’hui, toutes les grandes marques sont passées au rose. Tel est notamment le cas de Gibson’s, qui domine largement le marché français et qui a lancé une référence aux extraits naturels de fraise et aux pétales de rose. En début d’année, Beefeater passait en rose avec ses arômes de framboise,  puis en avril Edinburgh et son gin à la rhubarbe, et Bombay Bramble, inspiré par le cocktail à base de crème de mûre.

L’innovation est partout, y compris chez les maisons les plus traditionnelles. Pour accompagner un marché en plein développement, il leur faut sans cesse se réinventer. Si certains puristes déplorent la multiplication des aromatisés et voient d’un mauvais œil la dénaturation du goût unique du gin, le « flavored gin » n’est pas forcément synonyme de mauvaise qualité.

Aujourd’hui, les consommateurs ont l’embarras du choix et même les plus réfractaires au London Dry marqué par la baie de genièvre trouveront leur bonheur dans des références marquées par les fruits, les plantes ou les agrumes.

Écrit par Jonas Vallat

Leave a Reply

Aller à la barre d’outils