in

WOLFIE’S, UN WHISKY COSIGNÉ PAR LA ROCK STAR ROD STEWART

Cette légende de la musique britannique se révèle aussi douée que pour composer un tube. En effet, Sir Roderick vient de lancer un blend scotch qui va séduire tous les amateurs. Rencontre avec cette icône du rock.

Comment est née votre passion pour le whisky ?

J’ai des racines écossaises du côté de mon père et j’en ai toujours été très fier. Depuis des décennies, L’Écosse est mon second « chez-moi » et je suis bien connu sous le nom de « Cockney Scotsman ».
Le whisky fait partie de ma vie depuis longtemps. Il n’y a pas de boisson plus écossaise. Mon père était originaire de Leith, quartier d’Édimbourg. Avec Wolfie’s, j’ai le sentiment de le rendre heureux. À l’époque du groupe de rock The Faces, nous le buvions avec du jus d’orange et à un moment donné, nous avions même un bar sur scène. J’ai aussi conquis le père de ma compagne Penny avec un verre même si, en y repensant maintenant, je parie que nous avons fini ensemble la bouteille !

Comment a commencé l’histoire ?

C’est grâce à un ami et à notre amour commun pour le Celtic de Glasgow que j’ai rencontré Duncan Frew, le cofondateur de Wolfie’s. Nous avons commencé à parler création d’un whisky et il m’a vraiment montré à quel point ce spiritueux pouvait être adaptable, en particulier dans des blends. Nous avons passé une excellente soirée et essayé tout un tas de boissons, du blend aux whiskies âgés, purs, sur glace et en cocktails, et j’ai adoré. Dès notre réveil le lendemain, nous nous sommes envoyé des SMS en disant « Faisons ça ! » et 2 ans plus tard, nous y sommes.

J’ai adoré donner vie à Wolfie’s. Duncan et le reste de l’équipe m’ont impliqué à chaque étape – de l’étiquetage et de la forme de la bouteille jusqu’au liquide lui-même, dont je raffole. Je veux que Wolfie’s rappelle aux amateurs de whisky les meilleurs jours de leur vie et leur fasse revivre l’époque où ils se rendaient à des concerts avant de se faufiler dans les after parties et de boire avec des rock stars, défiant l’enfer, vivant libres et sans attaches.

Comment avez-vous élaboré le whisky avec la distillerie écossaise Loch Lomond ?

Eh bien, tout vient de Duncan ! Voilà des années qu’il travaille dans le whisky et il connaît très bien son domaine. Il m’a dit que la distillerie Loch Lomond était celle avec laquelle travailler et c’était tout. L’été dernier, je suis allé la visiter et j’ai adoré. Nous avons rencontré tous ceux impliqués dans le projet, du merveilleux maître distillateur aux tonneliers fabriquant les fûts.

En fait, je dois payer quelques verres à l’équipe car nous venons de remporter la médaille d’or au San Francisco World Spirits Competition, ce dont je suis absolument ravi !!!

Avez-vous des anecdotes sur cette aventure ?

Eh bien oui, mais peu qui soient dignes d’être publiés ! Exemple : Duncan et moi fêtions la signature de la version finale de notre whisky et nous avons pris une photo avec mon fils Liam, où nous avons tous les trois notre pantalon autour des chevilles. Il est à présent magnifiquement encadré et occupe une place de choix dans l’une de mes salles de bains !

Depuis que nous avons cofondé Wolfie’s, nous avons passé de nombreuses soirées géniales. Ma préférée était toutefois au château d’Édimbourg l’été dernier, où je suis retourné dans la ville natale de mon père et où j’ai joué 2 soirs à guichets fermés, ma sœur Mary me rejoignant même sur scène.
Après chaque spectacle, nous avions notre propre bar Wolfie’s et le dernier soir, le barman a eu la main un peu lourde avec nos Appletinis, ce qui nous a tous fait danser et chanter à tue-tête dans la Royal Mile Street !

Pourquoi un whisky blended ?

Il était pour nous très important que Wolfie’s soit accessible à tous les buveurs de whisky – à ceux qui le goûtent pour la première fois comme aux connaisseurs. Vous constaterez que Wolfie’s est merveilleusement équilibré et tout simplement délicieux. Il a le goût de cannelle, de vanille fraîche et de pomme au four, 3 de mes saveurs préférées ! C’est un mélange d’époques, tout comme ma musique, et il a été savamment dosé pour produire un breuvage délicieux à siroter et excellent à savourer en cocktail.
Ce qui est intéressant, c’est le nombre de gens qui n’étaient pas fans de whisky et qui, après quelques-uns de nos Appletinis Wolfie’s Signature, le sont.

Le profil aromatique de Wolfie’s est gourmand et chaleureux, avec une touche de complexité. Quel est le point commun entre vous et son personnage ?

C’est un très beau compliment, n’est-ce pas ? Wolfie’s a été inspiré par mes débuts dans The Faces et les beaux jours du rock and roll dans les années 1970. C’était un moment merveilleux.
La genèse du nom Wolfie’s ?
Eh bien, Wolfie’s est un peu américain, un peu écossais, un peu rock and roll et un peu roublard, comme moi ! Certains disent même que j’ai un sourire de loup…

Avec cette bouteille au look rock and roll, vous cassez les codes traditionnels du whisky écossais. Quelle a été votre approche ?

J’adore l’apparence de Wolfie’s et l’équipe a fait un travail fantastique pour lui donner vie. On peut juste dire que c’est un déluré avec ce haut-de-forme et ce clin d’œil, j’adore ça et il fait vraiment ressortir la bouteille par aux autres blends.

Pourquoi avoir choisi les paroles de la chanson « Rhythm of my Heart » pour orner le flacon ?
Ah, c’est un peu un « œuf de Pâques » pour ceux qui sont au courant ! Le titre Rhythm of my Heart contient une strophe inspirée de la chanson folklorique traditionnelle écossaise Loch Lomond. C’est aussi le fameux loch où est fabriqué mon whisky.

Quels sont les enjeux du marché français ?

Je pense que le plus grand défi est d’être en France pour rencontrer les centaines de fantastiques cavistes qui proposent déjà Wolfie’s, mais je n’y parviens pas car je suis en tournée. J’ai hâte de visiter Paris cet été à l’occasion de mon concert et je me rendrai dans un ou deux magasins pour voir comment cela se passe !

Avez-vous d’autres projets dans le monde des spiritueux ?

Pour l’instant, nous nous concentrons sur Wolfie’s mais je vous promets que nous avons de grandes choses prévues pour cette marque : nous devons marcher avant de courir.
Quels conseils pouvez-vous nous donner pour déguster Wolfie’s ? Sec, sur glace, en cocktail ?
Comme la plupart des chanteurs, j’ai toujours préféré les cocktails aux spiritueux purs. Je cherche à préserver ma voix, donc ma boisson préférée est le Wolfie’s Appletini mais si c’est différemment que vous aimez le boire, il est tout aussi bon pur ou sur glace.

Votre bar à whisky préféré ?

Il y a un super pub à Glasgow : The Dirty Duchess, où nous avons souvent bu pas mal de whisky après les matches du Celtic.

Vous verra-t-on bientôt sur scène en France ?

Absolument ! J’ai hâte de jouer au Zénith de Paris le 30 juin. À bientôt la France, see you very soon…

Prix : environ 40 € la bouteille de 70 cl à 40%.
Distributeur : Premium Craft Spirits

Ça vous a plu ?

Écrit par Laurence Marot

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

LES ENJEUX DE LA DISTRIBUTION EN 2024 – SPIRIBAM CARTRON-SPIRIDOM : UNE ANNÉE SYNONYME D’ACTIONS (16/16)

V AND B PRÉSENTE UNE NOUVELLE IDENTITÉ