in

BIÉROTHÈQUE, LE PLUS GRAND BAR DE BIÈRES CRAFT EN FRANCE

Après le Délirium et la Biérothèque de Gramont, Thomas Vion et ses associés lancent la Biérothèque de Labège, dont les portes viennent juste d’ouvrir. Cet établissement, le plus vaste de France, devrait s’imposer comme une enseigne incontournable. En prévision : la création chaque année d’un opus dans les cœurs de ville et en périphérie.

bierotheque associés - Barmag

Si Toulouse était déjà le lieu de villégiature du plus grand bar à bières de France avec le Délirium et ses 700 m², la Biérothèque de Labège, après celle de Gramont ouverte en janvier 2019, explose les compteurs : 1 300 m² de superficie, 250 m² de terrasse, 1 300 références de bières en bouteilles, 450 en vin et en spiritueux.

« Nous serons également la plus importante installation de tirages pressions de France avec pas moins de 50 becs fixes, et dans les 5 plus grands établissements dédiés à la bière artisanale », souligne Thomas Vion, propriétaire du lieu.

À l’origine de la Biérothèque, le premier ouvert à Gramont : un local, ou plutôt une enseigne vieillissante déjà sous sa houlette, dénommée le Verdon Café.

« Situé dans une ancienne zone commerciale de Toulouse et sans confrère autour, cet espace a longtemps été l’objet d’interrogations, commente-t-il. Et puis le succès du Délirium nous a fait rencontrer une multitude de brasseurs artisanaux, découvrir des produits hors du commun… Ce fut le déclic. Dans un marché en pleine expansion, nous avons naturellement décidé d’ouvrir un temple de la bière ! »

cave-biere-artisanale-la-bierotheque


Une ambition stimulée par les cartons qu’enregistrent les concepts cave-bars dans les zones commerciales. Aussi, la première Biérothèque de Gramont a été imaginée comme une enseigne qui aurait pour particularité d’avoir plusieurs cordes à son arc : bar, restaurant, animations et divertissements, retransmission d’événements sportifs, cave, boutique en ligne…

Facebook, tel un calendrier de l’avent, présente chaque jour une nouvelle pression…

Avec la Biérothèque de Labège, Thomas Vion espère bien réitérer le succès qu’il connaît avec celle de Gramont.

« Concrètement l’affluence y était, jusqu’à la crise, considérable, affirme-t-il. Aussi bien à l’heure du déjeuner que dans le cadre de nos afterworks ou le week-end, où nous proposions une véritable expérience immersive dans le monde de la bière artisanale. »

En janvier 2020, soit avant que le monde ne se retrouve confiné, l’établissement avait d’ailleurs fêté sa première année en grande pompe avec le festival Bierobeerday où des brasseurs de renom avaient accompagné des amateurs dans la conception de leur propre breuvage.

Bierothèque Photo Barmag

Alors quoi de plus logique que de lancer un second opus avec la Biérothèque de Labège ?

« D’autant plus que là encore, nous sommes dans une zone commerciale en pleine expansion où se dessine, de surcroît, la future station de métro de Labège, Enova », précise l’entrepreneur.

Plus grand, plus impressionnant, mais aussi contraint à plus d’imprévus via la Covid, l’établissement a toutefois rencontré bien des difficultés de conception.

« Il nous a fallu faire face à des problèmes de gestion des travaux avec notamment l’arrêt du chantier, causé en partie par des problèmes d’approvisionnement, détaille-t-il. Nous avons toutefois eu la chance d’être fortement soutenus par nos partenaires qui nous ont accompagnés, sans jamais défaillir… même si la conjoncture a grandement retardé le projet. »

Biérothèque Extérieur - Barmag

Reste qu’après ces multiples désagréments, le plus grand bar de France dédié à la bière artisanale a ouvert ses portes fin juin !

Suivez-les sur Facebook ou sur leur site :

Ça vous a plu ?

Écrit par Charlie Bist

Built in self test

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Barmag Featured Image RECRUTEMENT CHR 2021

RECRUTEMENT DANS LE CHR : ET VOGUE LA GALÈRE !

Amer Bon A Boire Stanislas Jouenne Featured Image BARMAG

UNE SAISON ESTIVALE LOIN D’ÊTRE «AMER» AVEC STANISLAS JOUENNE (BON ON À BOIRE)