Menu
in ,

LES ACTEURS DU MONDE DU BAR PENDANT LA CRISE DU COVID : TÉMOIGNAGES. FRANCOIS SOMMER (L’EXPLORATEUR DU GOÛT) (1/9)

Barmen, producteurs, distributeurs, propriétaires… Depuis mi-mars, ils attendent les mesures pour une prochaine réouverture des CHR. Rencontre à Paris, New York, Montréal et Bruges. Premier témoignage : celui de François Sommer, fondateur de la société de distribution de spiritueux l’Explorateur du goût.

Quelle a été ta réaction le soir de l’annonce de la fermeture des bars et restaurants en France ?

Au regard de certains marchés comme la Chine, on sentait venir. J’ai trouvé cette annonce le jour même violente pour les restaurateurs, qui n’ont pu gérer leur stock. Cette crise renvoie à la difficulté de trouver un équilibre entre les impératifs économiques et sanitaires.

Comment se passe dorénavant le quotidien de l’Explorateur du goût ?

Nous sommes plutôt bien lotis car avant le confinement, nous étions en forte croissance et nous sommes restés sur la même dynamique avec un réseau de distribution essentiellement centré sur les cavistes. La société a peu de charges fixes, elle est accompagnée d’une force commerciale qui repose sur des agents dans toute la France. J’ai la chance d’être bien conseillé et j’ai agi très vite dans ce contexte violent. Ma mission première : sécuriser l’entreprise pour sa pérennité et pour l’emploi. Je me suis assuré que chez mes fournisseurs tout allait bien. Du côté des commerçants, on a géré les échéances de paiement, et la solidarité a vraiment joué dans les deux sens. Pour mobiliser nos équipes, nous avons eu l’idée de mettre en place des « Webinaires » entre masterclasses et cours de cocktails. On compte déjà plus de 1 000 participants

Comment vois-tu la réouverture des cavistes avec un secteur du CHR toujours fermé ?

Les cavistes ont toujours eu le droit de rester ouverts pendant le confinement mais, par civisme ou par nécessité, nombreux sont ceux ayant gardé portes closes. Pour ceux toujours en activité, on a vu 2 tendances de consommation se dégager : l’achat d’alcools à des prix accessibles ; et l’accélération d’un mouvement de fond, consommer mieux et en particulier bio. Un phénomène dont l’Explorateur du goût est le parfait ambassadeur.

Avec une réouverture du CHR sans date butoir, ce qui reste une grande inquiétude pour tous, les cavistes vont devenir le nouveau rendez-vous pour les apéros.

Cette tendance a commencé sur le rhum sans ajout de sucre. Nous n’avons jamais eu autant de commandes pour notre gin bio Brick Gin – en avril quatre fois plus qu’en mars. Avec une réouverture du CHR sans date butoir, ce qui reste une grande inquiétude pour tous, les cavistes vont devenir le nouveau rendez-vous pour les apéros. Crise ou pas, en France il y a toujours eu une consommation de vins et de spiritueux.

Que te disent tes agents basés dans les zones vertes en province ?

Pour ceux qui ont une clientèle CHR et un portefeuille de champagnes dont les ventes sont en baisse, la situation est compliquée. Les cavistes en périphérie ont l’air d’avoir souffert davantage que ceux basés en centre-ville. Parfois, les Parisiens réfugiés en province ont fait grimper leurs chiffres d’affaires.

Écrit par Laurence Marot

Leave a Reply

Aller à la barre d’outils