Menu
in , ,

BRASSERIE DE L’ESPÉRANCE, DE HEINEKEN, UNE ANNÉE RICHE EN ÉVÉNEMENTS

HEINEKEN SCHILTIGHEIM Inside - BARMAG

Intégré au groupe international brassicole depuis 1972, le site de production alsacien de Schiltigheim fête les 40 ans de brassage de la bière iconique. Ancrage régional, innovation et écoresponsabilité sont les maîtres mots de l’historique endroit qui célèbre cette année les 200 ans de la bière alsacienne Fischer.

Haut pays de la bière mais aussi du vin, l’Alsace est la seule région de France à réunir un paysage brassicole aussi éclectique : 2 mastodontes de la bière, Heineken à Schiltigheim et Kronenbourg à Obernai, sans oublier une pléiade de brasseries artisanales faisant la gloire de son terroir.

Pour Heineken, le choix de la Brasserie de l’Espérance fondée en 1745 par un brasseur novateur, Jean-Philippe Hatt (l’un des pionniers dans l’introduction de levure pure) et installée en 1862 à Schiltigheim dans la Cité des Brasseurs (l’un des premiers sites équipés d’installations frigorifiques), reflète le choix stratégique du groupe néerlandais : implanter son premier site de production en France sur une terre historique de la bière.

Aujourd’hui, la brasserie produit 1,5 million d’hectolitres de bières sur le site de Marseille et 3,5 millions sur celui de Mons-en-Barœul pour plusieurs marques du portefeuille du groupe : depuis 1981, Heineken (45% des volumes) ; depuis 1995, Desperados (30%) ; depuis 2009, Fischer (5%) ; et d’autres références (20%).

Aux commandes de ce paquebot basé dans le Bas-Rhin et composé de 236 collaborateurs : Stéphane Crépel, un homme d’expérience, de formation ingénieur mécanique, qui a rejoint le groupe en 1987 et navigué sur les 3 sites de 2000 à 2019 avant de reprendre le gouvernail de la Brasserie de l’Espérance en tant que directeur du site.

Un site de production reliant les mondes ancien et moderne

Mélange de tradition et de modernité, la Brasserie de l’Espérance préserve le savoir-faire séculaire du groupe néerlandais et poursuit ses missions d’innovations avec 50 millions d’euros d’investissements depuis 2015. Quel Alsacien n’a pas entendu parler de la cathédrale, et de sa mythique salle de brassage ?

Bâti en 1932 à l’entrée du site, ce bijou d’architecture du début du siècle a gardé ses cuves imposantes en cuivre où bouillonnent au quotidien des brassins de 300-400 hectolitres ; ses murs parés de vitraux et son sol habillé de céramiques racontent l’histoire de la brasserie. Au fil des années, la qualité des bières brassées perdure.

«Chaque année, nous avons un système de notation au sein du groupe Heineken. Nous envoyons nos échantillons tous les mois aux Pays-Bas qui jugent la qualité de la bière Heineken sur différents standards, dont le profil organoleptique. Parmi les 80 brasseries, nous avons été récompensés à deux reprises du premier prix de “Heineken Quality Award”, en 1994 et en 2014», précise le directeur du site.

On espère une troisième récompense pour ses 40 ans de brassage.

Dans ce décor chargé d’histoire, la Brasserie de l’Espérance préserve son âme avant-gardiste et sa créativité. Dans ses murs est installé le centre de Recherche & Développement de Heineken France où a été pensée notamment Desperados, bière aromatisée à la tequila. Une success story qui représente la troisième marque de bière en valeur du marché en France (source : IRI – total GMS – année complète 2020).

Une brasserie soucieuse de l’environnement

Engagé sur la réduction de l’empreinte carbone comme les 2 autres sites de production en France, le site de Schiltigheim a été la première brasserie européenne à obtenir la certification ISO 9002, gage de son engagement pour l’environnement, puis première brasserie du groupe en France à obtenir la certification ISO 14001 dès 2000, témoignant de sa compétitivité en matière de gestion d’énergie.

Autre signe distinctif envers l’écologie : la brasserie de Schiltigheim est la seule à proposer pour toute la France un système de conditionnement pour les bouteilles en verre consigné.

Un nouveau créneau à Schiltigheim : les bières zéro alcool

Depuis 2020, le site de Schiltigheim participe à la tendance des bières sans alcool sur le marché français. 6 millions d’euros ont été investis pour l’installation de la technologie 0.0 (qui reste top secret) sur les lignes de production. Le principe de fabrication : la bière est normalement brassée, puis désalcoolisée par un système d’évaporation sous vide préservant son profil aromatique.

Après Heineken 0.0, la brasserie verra défiler très prochainement sur sa ligne d’embouteillage Desperados Virgin, Affligem 0.0 et, pour sa sortie prévue en mai 2021, Desperados Virgin Mojito, inspiré du cultissime cocktail cubain.

La marque emblématique alsacienne Fischer fête ses 200 ans

Look au format 65 cl, bouchon mécanique, bouteille gravée, jeune buveur de blonde à la tête blonde sur un tonneau affiché sur l’étiquette : la marque alsacienne fondée en 1821 et sous l’égide de Heineken depuis 1996 souffle donc ses 200 bougies.

Brassée depuis 2009 à la Brasserie de l’Espérance, cette bière fait partie de l’une des politiques d’ancrage du site de Schiltigheim dans le territoire alsacien au travers de son partenariat avec la coopérative locale : Comptoir Agricole, représentant 44 producteurs cultivant 446 hectares de houblon en Alsace depuis 2017.

L’ensemble des cuvées Fischer Tradition, Doreleï (ambrée), Noël et 3 Houblons sont travaillées à partir de houblons alsaciens. Première nouveauté pour célébrer son anniversaire : Fischer Tradition Bio, aux douces notes de caramel et de houblons, à sortir en avril 2021. D’autres actualités bien mousseuses sont à suivre dans les prochains mois.

Article du magazine BARMAG N°152

Écrit par Laurence Marot

Leave a Reply