in

LoveLove

LUCIE NOPPE, LE NOUVEAU VISAGE DE ST-GERMAIN EN FRANCE

C’est désormais l’ambassadrice de la célèbre liqueur de sureau au look vintage. Son beau bagage cocktail et son univers moderne ont séduit Bacardí, le distributeur. Interview avec celle qui ouvre un autre chapitre pour cette marque incontournable dans le monde du bar.

Comment as-tu croisé le monde du cocktail ?

J’ai une formation Bac pro et suivi mon BTS Hôtellerie-Restauration à l’école Ferrandi. J’ai vite compris que m’animaient la passion des saveurs et celle du contact client. J’ai eu la chance de faire mon stage au bar du restaurant étoilé l’Apicius avec le chef barman Valentin Calvel, qui m’a fait découvrir l’usage des herbes et des fleurs en cocktail.

En 2015, j’ai intégré mon premier bar à cocktails, Bespoke, où j’ai rencontré la barmaid Sara Moudoulaud, devenue depuis mon amie. J’ai ensuite rejoint l’équipe du bar à whisky le Lockwood pendant 2 ans, où j’ai géré des gros services. En 2017, Margot Lecarpentier, la fondatrice de Combat, m’a contactée pour prendre le poste de bar manager. J’y suis restée 4 ans. À ses côtés, j’ai appris beaucoup de choses et apprécié le côté familial d’un bar de quartier.

La liqueur St-Germain était un ingrédient que tu utilisais régulièrement ?

Durant mes années de barmaid, j’ai passé beaucoup de temps à créer et à explorer les différentes manières d’extraire les saveurs sur des menus. La création de produits maison revêtait une place importante. Cependant, St-Germain est une liqueur qui m’a toujours attirée de par son équilibre et sa versatilité. C’est vraiment facile d’apporter un peu de fraîcheur à n’importe quel cocktail avec un simple dash !

Qu’est-ce qui t’a intéressée dans ce poste pour t’inciter à quitter ta vie de barmaid ?

Je souhaitais découvrir un autre aspect du métier. L’idée d’aller sur le terrain, d’apporter mon expertise m’a beaucoup séduite.

Quels ont été tes atouts pour être embauchée comme brand ambassadrice ?

Après le départ de l’ancienne brand ambassadrice Lucile Yahi, mon profil correspondait à l’évolution de la marque sur le marché français. Mon réseau et ma passion des cocktails les ont séduits, et aussi mon état d’esprit enthousiaste.

Aujourd’hui, quel est le positionnement de la liqueur St-Germain sur le marché français ?

Nous cherchons à aller vers d’autres moments de consommation, par exemple le brunch, ou d’autres moments de l’année un peu plus festifs comme pour les fêtes de fin d’année avec le St-Germain Royal. À partir du moment où il y a St-Germain, chaque instant est unique.

On te voit beaucoup communiquer sur les réseaux sociaux. Quelle est ta stratégie pour promouvoir la liqueur ?

J’ai opté pour rester naturelle et positive et je mets en valeur, dans mon travail, mes 3 passions : la photo d’architecture, les plantes, et les cocktails. J’ai gardé encore certains avantages de la vie de barman en visitant au quotidien des établissements. J’ai commencé à travailler sur différents événements, dont le Whisky Live. J’ai apporté ma touche florale sur le stand de la Cocktail Street.
Sara Moudoulaud collaborait avec moi sous la casquette de son premier bar associé à Rémy Savage, Bar Nouveau. On a présenté plusieurs cocktails avec des ingrédients dans l’air du temps : kir nature, à base de St-Germain et de vin nature d’Alsace ; St-Germain Café, composé de St-Germain, de Grey Goose, de café et de noix d’acacia ; et St Germain et houblon, à base de limonade au houblon de la maison Ninkasi que j’ai découvert lors d’un séjour à Lyon.

J’ai pour projet de montrer qu’il se passe des choses ailleurs qu’à Paris et d’aller à la rencontre des bars dans de grandes villes de province.

Ça vous a plu ?

Écrit par Laurence Marot

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0

THE KRAKEN BLACK SPICED, UN SPICED RUM 100% ROCK AND ROLL (PUBLI-RÉDAC)

EVOLUTION, UN HOMMAGE À L’ÉVOLUTION DE L’HUMANITÉ (PARADISO, BARCELONE)